Intelligence collective : 5 actions pour que chacun gagne en équipe ( Partie 1)

Si dans le passé, il était possible pour les Hommes de vivre “en roue libre” sans se poser trop de questions essentielles sur leur façon de travailler, il est dorénavant clair que cette époque est révolue avec la crise du travail que nous traversons.

La généralisation des outils numériques continue de bouleverser l’organisation et le fonctionnement, ce qui a pour conséquence de changer les conditions de travail. Et tout compte fait, cette (r)évolution numérique à marche forcée  nous donne l’opportunité de ré-interroger vos façons de travailler.

Mais comment challenger la responsabilité individuelle en tant qu’acteur au quotidien?

Question centrale pour ouvrir de nouvelles perspectives pérennes et changer de cap afin de répondre aux défis économiques, sociaux et environnementaux en cours et à venir.

La technologie n’est pas neutre pour faire grandir la dimension humaine du travail

Avec les outils connectés en permanence, vous avez aussi constaté que le niveau d’exigence est augmenté sur la disponibilité et la réactivité.

Et par la dématérialisation de l’activité, ils sont aussi synonyme d’immédiateté dans les processus et les rapports de travail.

En plus, pour chaque outil il faut garder en mémoire qu’il y a une phase transitoire à gérer d’une productivité présumée à une productivité concrète

Rajoutez à cela que  les usages sont différents d’un collègue à l’autre où  il faut tenir compte des réalités différentes et de l’usage différencié des outils mis à disposition.Et tout le monde sait qu’ils induisent aussi un autre rapport au temps et à l’espace (configuration des postes de travail…).

En bref, c’est tout l’écosystème de travail des hommes et des femmes qui peut être remis en question et ce n’est un secret pour personne : de la promesse à la réalité il n’y a souvent qu’un pas pour rentrer par la grande porte dans la gestion des risques Santé (et e-santé) Sécurité au travail.

Vision court- termiste versus réalités du terrain

Le partage des informations et l’évolution des compétences augmentent l’interdépendance des acteurs.L’impact de la dématérialisation des outils de travail sur le collectif doit aussi être évalué concrètement pour équilibre charge de travail/ ressources / processus validé.

Le défi est de permettre le travail commun par rapport aux différences d’appétences des outils. Cela nécessite de redéfinir relations professionnelles en fonction des usages dans un contexte de développement de nouvelles formes de travail.

Surtout, les impacts liés aux choix d’architectures techniques ainsi que des modalités de régulation sont à définir avec soin parce qu’il ne faut pas perdre de vue que la mise à niveau et la cohérence des outils professionnels permet de gagner en efficacité et productivité.

Car les évolutions doivent aussi être regardées à travers le prisme du travail quotidien où l’accompagnement doit porter sur l’acquisition de compétences liées aux tâches à plus forte valeur ajoutée.

Inscrire les évolutions organisationnelles de celles et ceux qui réalisent l’activité en les conjuguant à la réalité pragmatique de leur quotidien est la clé du bon scénario pour remettre l’humain au centre de ces évolutions nécessaires dans le cadre du développement durable et de la performance globale.

Le management de proximité est la pierre angulaire

Parce que l’opérationnalité des solutions mises en œuvre va beaucoup dépendre du degré d’appropriation par le collectif de travail.

Parce que face à l’accélération des changements, l’exigence des salariés est de plus en plus forte de trouver du sens et de la cohérence dans leur activité professionnelle.

Pour cela, il y a besoin d’obtenir l’engagement des salariés là où le numérique est l’opportunité d’ouvrir de nouvelles possibilités pour améliorer la qualité du travail et l’organisation du travail. Il y est nécessaire de donner plus d’autonomie sur le terrain pour gérer des situations différenciées là où une organisation centralisée est limitée.

De par la position stratégique qu’il occupe sur le terrain et sa capacité à traiter les informations dont il dispose, le manager de proximité est le mieux placé pour avoir un rôle déterminant pour favoriser l’anticipation des risques et la construction de solutions partagées sur l’ensemble du processus de transformation des organisations de travail. Ici le management doit composer avec plusieurs niveaux de coordination: hiérarchique mode projet et fonctionnement en réseau et souvent à distance, c’est un exercice d’équilibriste permanent.

L’innovation doit être encouragée.

De l’information médicale papier à la data santé numérique

Pour aller plus loin- avec le développement de la télémédecine, téléconsultation, les « règles du jeu » continuent de changer. Le dernier arrêté publié au JORF (avenant 9) de septembre 2021 enfonce le clou avec le besoin d’un cadre renforcé de bonnes pratiques, de nouvelles perspectives organisationnelles pour ces pratiques qui vont de plus en plus se développer dans vos établissements dans le but d’améliorer l’accès au soins de nos concitoyens.

Les fondamentaux du métier évoluent.

Et il y a besoin d’accompagner ces évolutions.

Qu’en est- il de l’amélioration des conditions de travail pour accueillir intelligemment ces nouveaux outils qui vont se rajouter aux existants ?

 

A méditer en attendant la suite de l’article demain…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.