Savez- vous que vous êtes « assis sur un trésor » ?

Dans l’organisation du parcours de soins des patients, tous les professionnels de santé ont besoin d’accéder facilement et rapidement à leurs données médicales.

Le chiffre à retenir

Savez- vous que vos entreprises sont assises sur une montagne de données “dormantes” éparpillés sur vos différents supports internes?

52% des données numériques d’entreprises ne sont jamais utilisées (Véritas technologies LLC).

Votre patrimoine informationnel est une richesse

Là où les dossiers informatisés des établissements ne constituent que la partie émergée de votre patrimoine informationnel, l’essentiel des fichiers, images, rapports dorment sur des espaces partagées. On parle de « Dark data » qui représente l’ensemble des données que les organisations possèdent mais n’exploitent pas . Toute entreprise qui génère de la donnée est confrontée au phénomène du « Dark data ». Particulièrement pour les acteurs du secteur de la santé qui partagent les données sensibles que sont les données de santé.

Cette pandémie a aussi révélé l’importance aujourd’hui d’accéder aux données d’entreprise en tout lieu et à tout moment. En cela l’essor des outils numériques- accéléré avec l’émergence de la crise covid, a changé les règles du jeu. Si la croissance de nouveaux usages est prometteuse, la contrepartie des nouveaux risques n’en est pas moins alléchante là où les données de santé se vendraient plus chères sur le darkweb que les données bancaires. Des opérateurs comme Doctolib ou Dedalus par exemple le savent bien.

A noter que les cyberattaques contre les établissements de santé (de toutes tailles) sont devenues une tendance préoccupante et les assureurs constatent avec préoccupation le déficit de moyens et de formations des utilisateurs.

Une donnée est un actif de l’établissement de santé.

Preuve s’il en est, la crise sanitaire a plus que jamais démontré la nécessité du numérique en santé. En effet, en libérant les usages et valorisant son potentiel, la pandémie a démultiplié les initiatives.

Si l’on regarde le revers positif de la médaille, il existe de bonnes raisons de penser qu’à l’ère numérique, la prévention des maladies chroniques sera plus efficace. Pour aller plus loin avec un cadre objectif et réglementaire, cela pourrait même être un véritable enjeu de promotion de la santé publique, le fameux P4 pour une médecine prédictive.

Il y a aussi toutes les propositions visant à simplifier les activités du soin.

Ce faisant , le marché du big data en santé a explosé dans le monde entier avec cependant de fortes disparités selon la rigidité du cadre juridique et une déontologie qui doit se réinventer dans le plus grand territoire au monde considéré aussi comme le Far West numérique”.

A ce titre, sa valeur a donc de l’intérêt pour tiers externes. Sur fond de contexte de santé publique avec des dépenses publiques à bout de souffle, l’arrivée des nouvelles technologies dans la santé portée par des nouveaux acteurs essentiellement privés ( pas toujours issus du secteur santé) . Le fondement de leur modèle économique est la monétisation de l’information au plus offrant- surtout si c’est une donnée de santé.

Prenez l’exemple des acteurs du publics à qui il a été précisé que les solutions collaboratives, bureautiques et de messageries relèvent des systèmes manipulant des données sensibles. Une note en juillet 2021 indique clairement que recourir à l’utilisation de solutions hébergées Office 3 6 5 n’est pas conforme à la doctrine interne est donc désormais interdite aux acteurs publics.

Est ce que ce type de décision s’étendra aux traitements des données de santé ultrasensibles de la plateforme nationale Health Data Hub créé en 2019 et qui a fait le choix à sa création de recourir aux services de Microsoft et a suscité ?

Connaissez- vous cet outil professionnel utile?

Parmi les solutions utiles pour garantir la sécurité de l’hébergement de vos données de santé, la liste des hébergeurs de donnée de santé (HDS) à caractère personnel :

https://esante.gouv.fr/labels-certifications/hds/liste-des-herbergeurs-certifies

On ne craint pas un risque qu’on ignore .

Le numérique bien qu’ intangible peut avoir des effets et des dommages collatéraux bien réels. Aussi, deux précautions valent mieux qu’une. Un plus serait un check up à 360° de vos solutions d’infogérance là où votre infogéreur est en capacité de vous accompagner dans une démarche vertueuse de sécurisation continue en phase avec la sérénité de vos usages quotidiens. Encore plus avec un Directeur ou Responsable de la Sécurité de votre Système d’Information.

A ce propos, de quand date votre dernier test de sauvegarde de données?

Votre mission si vous l’acceptez

Dans ce contexte, optimiser et sécuriser votre système d’information devient la priorité de toutes les Directions qui font du management de leurs données de santé un axe stratégique clé.

Ce n’est pas qu’une question d’informatique ou de technique, c’est une question de gestion des risques du système d’information.

Vos choix doivent aussi être guidés par les usages et les gains attendus et non par la technique seule.

Ensuite la vraie question est de s’assurer que vos données sont toujours confidentielles, protégées et sécurisées en continu.

Les établissements de santé dits  » data driven » (autrement dit qui ont fait du management de leurs données une valeur ajoutée) ont compris combien le pilotage de leur activité avec les données en temps réel est une force pour :

  • leurs organisations qui ont faits des usages numériques sécurisés un vecteur d’efficience
  • tous les acteurs dans la sérénité vigilante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.