Comment agir autrement sur l’environnement de travail de vos équipes ? Partie 1

Ce n’est pas parce que vous mettez les meilleurs joueurs de football sur un terrain que vous en faites la meilleure équipe du monde.

Ce n’est pas non plus un processus automatique qui naît au moment où vous le décidez.

Tout simplement parce que cela ne se décrète pas, cela se cultive.

Encore plus dans un contexte de changement comme vous  le vivez aujourd’hui avec une responsabilité accrue de vos salariés dans la gestion des informations, la mise en place de pratiques collaboratives différentes et le (re)nouveau dans le management des connaissances: manager vos équipes prend un autre sens à notre époque.

Car, il n’y a pas de style de management idéal, mais des styles qui sont plus ou moins adaptés au contexte et aux situations.

La culture de L’intelligence collective

Savez- vous ce qui se passe quand vous vous donnez les moyens de créer un environnement dédié autour d’un même projet dans lequel peuvent travailler ensemble des profils divers et variés ?

Je ne parle pas de l’exécution des tâches quotidiennes mais de trouver le cadre pour mettre en commun les connaissances individuelles de chaque membre de votre équipe, leurs créativités, leurs capacités d’analyse, les expériences, les ressentis  et qui donne à chacun des chances et ce afin d’obtenir des idées totalement nouvelles.

Souvent mal appréhendée, atteindre des objectifs fixés plutôt que donner des tâches précises à réaliser, c’est la promesse apportée par l’intelligence collective.

C’est aussi le regard porté sur le réel de sa propre pratique qui permet à un professionnel de devenir plus compétent.

Chaque personne est la principale experte en ce qui concerne sa situation.

Chaque personne est unique. Chaque situation est unique.

L’importance du terrain

Avez- vous déjà tiré sur une plante pour la faire pousser ? Je pense que non alors, pourquoi “tirer” sur vos salariés ou sur une équipe pour la faire avancer ?

La croissance des personnes et de leurs compétences obéit pourtant aux mêmes lois que celles relatives au développement des plantes.

Pensez aux temps des saisons:  un temps pour connaître et fertiliser le terrain, un temps pour choisir ses graines et semer, pour entretenir son terrain aussi et prendre soin de ses racines. Mais aussi comme dans la nature (exemple de la crise sanitaire) prendre le temps d’anticiper et de se préparer au mauvais temps et savoir faire face aussi aux parasites.

Dans un groupe, la diversité est une richesse à cultiver qui permet d’atteindre un niveau d’intelligence plus élevé grâce à la confrontation des points de vue et des avis variés. Attention toutefois, l’équipe projet doit fixer des règles communes simples et respectées de tous, condition sine qua non d’une vraie mobilisation des compétences.

Le mode projet offre un cadre favorable

Propice à la confiance, à l’échange, à la solidarité et à l’adhésion, l’opportunité de travailler sur un projet offre un cadre dans lequel chacun peut livrer son point de vue dans le respect et la bienveillance.

Valoriser davantage la collaboration que la compétition:  cela passe par donner un espace de travail avec une ambiance et des conditions de travail qui prennent en compte le bien-être de vos équipes par le biais d’un management transversal et participatif.

A l’ère de la transition numérique de vos organisations, c’est aussi explorer comment les personnes et les ordinateurs peuvent être connectés afin que collectivement, ils agissent plus intelligemment (que séparément).

C’est aussi là que réside la puissance du travail en petit groupe comme lieu et instrument de formation et d’apprentissage . Un projet d’entreprise ou de service apporte un cadre fédérateur tourné vers l’avenir : c’est un dessein commun à réaliser.

Chacun y trouvera l’autonomie nécessaire pour prendre des initiatives, proposer des idées et adhérer spontanément aux projets de votre établissement.

Un salarié me faisait récemment remarquer que cela faisait plus de 20 ans qu’on lui disait quoi faire mais que c’était la première fois qu’on lui demandait son avis pour améliorer son travail.

En se sentant considérés et écoutés, les équipes se sentiront plus impliquées dans leurs missions et par effet papillon, dans la stratégie globale de votre établissement.

 

« Il est vain si l’on plante un chêne d’espérer bientôt s’abriter sous son feuillage.

Antoine de Saint Exupéry

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.