La santé hybride, qu’est ce que cela implique vraiment? Partie I

Outils digitaux, applications numériques,  wearables and ioT,  e-santé, téléconsultation, télesoin, thérapies digitales … Des outils qui vont faire de plus en plus partie de notre quotidien.

Mais savez-vous à quel point ils vont vous impacter ? Faire évoluer vos façons d’exercer votre métier de professionnel ? et d’aborder votre environnement de travail?

Plonger dans l’univers de la santé hybride: quelles sont les implications?

D’abord au niveau du Secteur santé : la télésanté

Intégrant la santé à distance dans nos usages , « il faudra compter avec ce modèle hybride qui tire parti du meilleur des deux mondes » a dit la grande messe de la santé numérique qui vient de fermer ses portes à Orlando.

Si l‘hypernumérisation des soins de santé en général et la virtualisation des soins de santé ont été assez importantes pendant la pandémie, il est indispensable de conserver les deux voies d’accès. Pourquoi? Le simple fait est que certains patients veulent des soins virtuels, et d’autres non.

« La santé n’est pas une dépense. C’est un investissement. Et si vous pensez un instant que la santé n’est pas un investissement, regardez ce qui est arrivé aux économies du monde entier lorsque nous n’avons pas été en mesure de réagir rapidement à une pandémie en raison d’un manque de informations exploitables », a déclaré Harold Wolf, CEO du HIMSS.

De telle sorte que la télésanté s’intègre de plus en plus dans les projets d’avenir des organisations de santé.Un modèle donc à co-créer avec un équilibre aussi délicat que prometteur qui préfigure ce que pourrait être in fine la transformation de l’accès au soin.

Prenons l’exemple de  l’hospitalisation qui représente le type de soins de santé parmi les plus coûteux. 

Dans un monde idéal,  les modèles hybrides d’hôpital à domicile seraient répandus. Ils utiliseraient ici la technologie par le bais de ces critères d’inclusion et d’exclusion pour coordonner les soins  afin de s’assurer que les patients reçoivent le type de soins qui correspond le mieux à leur situation.De quoi éviter entre autres le recours systématique aux urgences, augmenter la prévention et générer des économies.  C’est aussi optimiser le temps des médecins au profit de son coeur de métier tout en  apportant la présence et l’assistance à celles et ceux qui en besoin dans un autre continuum de soins.

Soyons clairs: la télésanté seule ne rétablira pas l’égalité dans le soin.

En matière d’accessibilité liée à la réduction de fracture numérique ou la réduction des coûts promise par la téléconsultation (rapport de la cour des comptes ), l’enjeu technologique est aussi une responsabilité populationnelle qui est aussi au coeur de cette innovation organisationnelle en gestation.

D’autant que es premières études sont mitigées: il a été démontré que la télésanté réduit les coûts et dans certains cas et les augmente dans d’autres. Reste aussi la question délicate du remboursement et prise en charge.

On parle des avantages de la technologie , mais elle aussi sa part à faire et de défis à relever .

 

Ensuite l’environnement de travail dit phygital

Dans ce contexte, les entreprises du secteur santé et médico- social  ont accès à un vaste espace encore inexploré : des environnements de travail hybrides, physique et numérique.

Et une question de fond qui vient avec: s’interroger sur les enjeux organisationnels et plus généralement bouger les lignes de l’organisation du travail pour les êtres d’habitude que nous sommes.

D’autant que dans les faits, les acteurs du secteur de la santé ont des exigences très variées en fonction de leurs investissements , de leurs tailles, de leurs contraintes géographiques, de leurs préférences en matière de sécurité, de leurs besoins en termes de performances des applications, …Et de nouveaux mondes à découvrir comme le management des systèmes d’information et la cybersécurité.

Suite partie II.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *